VIDEOBOX


Videobox x Le Syndicat Magnifique - programmation vidéo
15.09-10.11.18, Vestiaire 9, Le Carreau du temple, Paris

Fatma Bucak
Gery Georgevia
Bassem Saad


Vidéobox investit les vestiaires du Carreau du Temple. Habitué à exposer dans les espaces interstitiels de lieux institutionnels légitimes et légitimants (couloirs, réserves, et à présent des douches), le collectif curatorial Le Syndicat Magnifique répond à la mesure et au statut du lieu par un pas-de-côté. Initiant une démarche de critique de la réception, il réunit trois artistes émergent.e.s dont les vidéos présentent des décalages de ton et de forme par rapport aux attentes qui circonscrivent les sujets et les zones géographiques traités (gravité, esthétique documentaire, recherche). Ces espaces (Bulgarie, frontière turco-arménienne, Liban), traversés par des tensions et des conflits, induisent de la part d’un public occidental des projections culturalistes ici déjouées par une stratégie de l’écart.

FATMA BUCAK est née en 1984 en Turquie et vit et travaille entre Londres, Royaume-Uni et Istanbul, Turquie. Devant une église abandonnée, qui témoigne du massacre des communautés arméniennes de la région, elle invite des habitants - tous des hommes - à commenter face caméra les gestes qu’une femme réalise silencieusement. Leurs remarques parfois très drôles et leurs regards incrédules viennent contraster avec la gravité cérémonielle de la performance.

GERY GEORGIEVA est née en 1986 à Varna, Bulgarie et vit et travaille à Londres, Royaume-Uni. Dans un paysage bulgare urbain dévasté (le Buzludzha, ancien site de conventions soviétiques, et le Romantika, un club chalga du nom de la pop locale), Gery Georgieva met en tension deux injonctions contradictoires qui pèsent sur les corps des femmes Est-européennes : incarnation de traditions mises en péril et hypersexualisation capitaliste.

BASSEM SAAD est né en 1994 à Beyrouth, Liban où il vit et travaille. Il emprunte au cinéma documentaire des effets contemplatifs pour mettre en scène l’installation-ascension d’une statue de Saint Charbel à Faraya, au Nord-Est de Beyrouth. Des incrustations de matériel promotionnel ou d’archive complexifient la lecture de l’édification controversée de ce monument religieux - commissionné à une entreprise spécialisée en construction d’îles artificielles et de bâtiments flottants.


__________________________________
photographies : Le Carreau du Temple
visuel : capture de la vidéo de Gery Georgevia, Balkan Idol, vidéo HD, 4’05’’, 2015
(Frieze Film commissioned by Random Acts Channel 4)